À la découverte d’Oumou Sangaré, l’oiseau chanteur du Mali

Connu comme l’oiseau chanteur de Wassoulou, Oumou Sangaré est l’un des plus grands chanteurs et activistes du Mali qui lutte constamment contre les inégalités entre les sexes

Personne n’a contesté plus résolument les inégalités entre les sexes dans la société africaine que Oumou Sangaré au Mali. Son premier album en 1990, intitulé Moussolou en est une illustration parfaite. Le titre qui se traduit simplement par « femmes », a été la première pierre à la construction de l’édifice de la révolution féministe.

Sorti à l’international sous le label World Circuit, l’album va faire d’elle, en l’espace d’un an, une star internationale en remportant le prix UNESCO. Elle devient ambassadrice de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, en duo sur le français TV avec Alicia Keys et en vedette sur la bande originale du film Beloved, avec Oprah Winfrey.

Élégante, fougueuse et charismatique avec une voix soul et envoûtante, Sangaré est née en 1969 des parents originaires de Wassoulou, une région boisée isolée du sud du Mali, avec une culture riche et distinctive basée autour de la place spéciale dans la vie du village offert à la caste traditionnelle des chasseurs, dont la musique, jouée sur le Doson Ngoni à six cordes (harpe), aurait des pouvoirs magiques.

Les rythmes de danse hypnotiques de l’instrument jouent un rôle important dans la musique de Sangaré, bien que ses enregistrements utilisent la version non rituelle plus aiguë connue sous le nom de Kamele Ngoni, car elle chante dans le style Wassoulou puissant connu sous le nom de koni « oiseau chanteur ».

« Les femmes ont du mal en Afrique », dit-elle, « Mon rôle est de parler directement aux femmes à travers mes chansons et de donner l’exemple et de leur montrer qu’elles peuvent prendre leurs propres décisions ».

FGM